Cliquez sur chaque onglet pour voir l’article

Arno Wartelle sera à Bruxelles les 1,2,3,4 et 10 octobre 2017.
Pour vos prises de RDV en Belgique : + 32 489 76 67 14 ou arno@academy-coiffeur-energeticien.com

Trichotherapy Bruxelles

Article publié sur inrees.com par François Aubry le 1/02/2016

Afficher l’article complet

Trichothérapy : Le cheveu lumière

Le tranchant énergétique d’un sabre pourrait-il libérer le cheveu et, par là-même, l’être en son entier ? Lumière sur la Trichothérapy®, soin novateur au contact de l’essentiel.

Origines de cette technique

La Trichothérapy®, un concept de soin énergétique du cheveu dont le nom est tiré du grec « tricho » (signifiant tout simplement « cheveu ») ne sort pas de nulle part, bien au contraire. Il est le fruit de l’expérience d’une femme de terrain, Jill Andrieu, coiffeuse de profession longtemps ambassadrice pour L’Oréal à travers le monde. Mais se sentant de plus en plus en décalage avec une activité dans laquelle la dimension humaine est souvent mise de côté, Jill décide de prendre un virage vers l’essentiel. Elle s’intéresse alors à la psychologie jungienne et perçoit de plus en plus, au fil des années, le lien étroit qui unit le cheveu au bien-être global de l’être.

Afficher l’article complet

L’Atelier intérieur – Aurélie Charon – France Culture – 24/09/2012

Afficher l’article complet

Numéro 5. Cheveux chéris

Voilà les pouvoirs des cheveux. Ou les pouvoirs que l’on a sur eux. C’est la seule partie du corps que l’on peut modifier : on peut agir, on peut choisir. Si notre histoire capillaire suit notre histoire émotionnelle, elle a un côté plus rassurant : on peut faire un changement et ce n’est pas définitif. C’est même réversible. C’est vivant, ça revient, ça repousse. Ce qui fait de nous des êtres un peu mutants. Qui parfois prenons des risques. La métamorphose est possible : il faut faire confiance à d’autres mains et alors c’est humain. Vous êtes-vous déjà imaginé nu ? sans plus rien ? plus un cheveu ? Avez-vous désordonné votre visage ? Ce serait vivre un dépaysement, se sentir couronné autrement… L’image de départ ce soir serait celle-là : elle est à imaginer à travers la voix de Rebecca Chaillon, jeune femme qui avait accepté de se faire raser la tête sur scène, en répondant à une petite annonce du metteur en scène Rodrigo Garcia. C’était 2h dans sa vie. C’était offrir ses cheveux. Et c’était savoir que cela déborderait sur l’après. Couper c’est aussi contester. L’insoumission à une image. On assombrit ou on éclaircit. Blond apollon ou charbon. Ca échappe : contre les éléments : les cheveux sont fourchus et ils sont cassants. Gare à l’attaque des pigments. Ce soir pas de fétichisme, seulement voir par quels fils nous sommes tenus. Tendus. Et comment ça s’emmêle, et si oui ou non on démêle. Ce sera une résistance contre la mode du lisse. Dénouons nos chevelures ordonnées. Pas peur d’être défiguré, non : oser l’hirsute, la crinière à l’envers. Ce soir soyez prêts, au sens large, à prendre vos fils, à prendre vos liens, à les regarder, et à doucement, sans pitié : couper.

Afficher l’article complet